09/02/2011

Pour répondre à notre souci de liberté.

Quel est le mystère qui nous empêche à marcher de l'avant, "serait-il dangereux d'être Homme ?".

Nous pourrions supposer que nos phobies seraient la cause de la crise de croissance de notre espèce.

Dès que nous aurons pris conscience de nos potentialités d'Homme, nous aurons franchi l'étape qui nous conduit à la liberté.
Aléa jacta est.

10:20 Écrit par Reflexions dans Comportements Sociaux | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

08/02/2011

Nous voilà au pied du mur!

Nous assistons impuissants à un évènement "UNIVERSEL" qui par une erreur de décimale, en économie, nous mène à des conséquences désastreuses.

Depuis plus de deux cents ans les économistes ont imposés leur théorie en matière d'échanges
internationaux. Partout ils sont écoutés, adulés mais incompris et incompréhensibles!

Universalisées par toutes les UNIVERSITES du monde, l'inconscience des conditions mathématiques
de l'équilibre économique et ipso facto de celle de la solidarité humaine est générale. Les hommes d'affaires et les
hommes d'états se sont persuadés que la prospérité des entreprises et celle des Nations dépendent d'une lutte sans merci contre leur prix de revient.

Ceux-ci doivent être rognés, comprimés, amputés coûte que coûte, par tous les moyens et toujours au détriment des autres.

 

Cet aveuglement devient insupportable pour la nature qui n'a plus guère de temps à perdre pour nous procurer les moyens de substituer l'humain au simiesque dans nos rapports sociaux.

12:00 Écrit par Reflexions dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/02/2011

Nos actes sont-ils bien ajustés aux nécessités de la survie de notre espèce ?

C'est sur le terrain de la sociabilité que nos comportements sont devenus mortels pour notre espèce. Pour y remédier il suffit de respecter les trois règles d'or de la pensée :


1. La substitution des hypothèses aux idées.
2. La substitution de la critique a la systématique.
3. La substitution de la réflexion a la projection.

 

C'est un commencement facile à pratiquer.

07:30 Écrit par Reflexions dans Comportements Sociaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/02/2011

Notre ennemi social : l'adaptation.

L'adaptabilité de l'homme est si grande, qu'il s'est montré capable de s'adapter à ses propres folies.

Des milliers d'économistes ont oeuvré durant des décénies pour s'adapter minutieusement et savemment à une contre évidence "L'ABONDANCE SERAIT GENERATRICE DE PENURIE".

En méditant cette réflexion aberrante, on pourrait penser que notre survie dépend de ces imbécilités et pire encore, ils contraignent, chaque année, des millions d'étudiants à s'adapter à cette INSANITE.

 

Notre stupidité est si grande qu'on pourrait supposer qu'elle serait un mécanisme utile à nos instincts de conservation, c'est à dire L'IMMOBILISME.

10:00 Écrit par Reflexions dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2011

LA SCIENCE DANS TOUS SES ETATS !

Avant le XVII ème siècle, la science pouvait se comparer à un grand VERGER bien planté. On pouvait s'y promener et rien ne tourmentait une vision claire et précise.

Mais dès 1800, un nombre croissant de planteurs et arboriculteurs ont pris un soin raffiné et subtil à en faire un jardin fertil. Et voila que quelques branches assombrissent le ciel. La colline voisine, elle même, n'était presque plus visible.

Certains abandonnèrent ce verger. D'autres s'adaptèrent à des secteurs de plus en plus étroits (de cet immense verger). (Ysaac Asimov).
Aujourd'hui le verger scientifique est devenu un monstre. Il envahit la planète tout entière, seule la masse internationale des savants s'y retrouve quelque peu. Alors que enfermé, dans leur savoir respectif, ils ne se comprennent plus entre eux!


Que peut signifier cette mésaventure intellectuelle qu'on dit "science" en ce début de siècle?

13:10 Écrit par Reflexions dans Evolution | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |